L'église de Saint-Amé

Vieux Saint-amé

L’évêque de Toul, qui avait autorisé la construction d’une nouvelle église au hameau de La Nolle, permit de prendre sur les fonds de la Fabrique et des Confréries une partie de la somme nécessaire à la réalisation du projet, le surplus de la dépense devant être supportée en argent et en nature par les paroissiens.

Les plans de l’église furent établis par François Reudy, architecte et maître tailleur de pierre, et par Nicolas Xolin, maître charpentier et entrepreneur de bâtiments, demeurant tous deux à Vagney.

A l’origine, l’église devait être bâtie au carrefour de la route de Cleurie, lieu-dit le Golot, sur un terrain cédé gratuitement par Nicolas Claudon. Mais l’Abbesse du Chapitre de Remiremont exprima le souhait que l’église fût construite sur ses terres, ce que finirent par accepter les paroissiens de Saint Amé.

Les travaux de fondation commencèrent en avril 1724. Les pierres de taille, les moellons et le bois de charpente avaient été rassemblées à proximité. Les travaux allèrent bon train, puisque l’édifice était déjà couvert pour la Saint Martin.

L’église fut bénite et affectée au culte en 1726. Mais elle eut en outre le grand honneur de la consécration le 22 août 1732 par Monseigneur de Bégon, évêque et comte de Toul. La venue à Saint Amé de l’évêque de Toul fut incontestablement pour les paroissiens et les habitants des vallées environnantes un événement considérable.